Notre gestion de l’eau : économies

Nous avons investi dans des appareils électroménagers économes en eau. Mais la source d’économie principale est l’utilisation de toilettes sèches sur litière de paille broyée et copeaux de bois ; le tout mis à composter au jardin et utilisé sur les fleurs et arbres du terrain après au minimum une année d’attente. Nous sommes déjà connectés au réseau de distribution locale, source de Couvains. Nous allons installer un système de récupération d’eau de pluies comprenant une première citerne de décantation et une citerne de stockage de 10 à 15 m3. Ces deux citernes seront enterrées assurant ainsi une meilleure conservation de l’eau. Cette dernière passera un ensemble de filtres la rendant utilisable en qualité d’eau sanitaire, froide ou chaude. L’eau potable suivra un réseau séparé. Afin de réduire l’impact de notre vie quotidienne sur la ressource en eau, nous consommons bio, nous jardinons bio, nous utilisons des lessives et autres produits d’entretien écologiques et nous nous soignons par homéopathie. Nous limitons ainsi l’utilisation et le rejet de molécules chimiques de synthèse dont le devenir après usage reste incertain. L’assainissement est de type fosse toutes eaux/épandage.

Notre mode de chauffage : trois sources de calories et un principe d’accumulation

Le soleil est la première source de chaleur grâce à une exposition plein sud et de grandes baies vitrées. Une dalle mixte de carreaux de terre cuite et de terre battue accumule cette chaleur pour la restituer les heures suivantes. Le bois est la deuxième source de calories grâce à un poêle labellisé “flamme verte” à double combustion. La chaleur émanant du poêle est en partie stockée dans un mur de masse (2 tonnes) de briques de terre crue maçonnées disposé juste à l’arrière du poêle. La chaleur du sol (accumulateur naturel de calories) sera récupérée par l’installation d’un puits canadien en projet (passage à 2 mètres de profondeur sur quelques dizaines de mètres de longueur d’un tuyau où circule de l’air poussé par un ventilateur) : l’air intérieur de la maison est ainsi remplacé par de l’air extérieur “préchauffé” en hiver et “rafraîchi” en été. Le puits canadien remplace une climatisation à moindre frais écologique et économique.
L’isolation est assurée par la paille et par de la laine de mouton brute issue de troupeaux de la région élevés selon le mode biologique.

Nos économies en matière d’énergie électrique

Notre équipement électroménager est de type économe. L’eau chaude produite par le biais d’un chauffe-eau solaire acquis dans le cadre d’un achat groupé initié par le Groupement régional d’agriculture biologique (Grab). Le lave-vaisselle est uniquement alimenté en eau chaude (préréglée à 65 °C maximum pour toute la maison). Le lave-linge est alimenté en eau via un mitigeur thermostatique et ne réchauffera l’eau que lors de rares lavages à 90 °C. L’organisation dans l’usage de l’eau chaude est de rigueur afin de profiter au maximum des calories solaires. Nos réfrigérateurs et congélateur sont placés dans des endroits non chauffés. Toutes nos sources lumineuses sont équipées d’ampoule basse consommation. Notre maison bénéficie d’un bon éclairage naturel limitant l’usage de l’éclairage artificiel. Nous évitons les veilles sur nos appareils dès que cela est possible. Nous demandons le raccordement au réseau EDF, mais nous voudrions installer une unité de production solaire d’électricité. La capacité de cette installation est calculée pour couvrir notre consommation domestique et permettre la recharge des batteries d’un véhicule électrique (en projet).

A voir aussi sur le sujet :

Des ressources à consommer avec modération

Quand l’écologie commence chez soi.

 




+++

Notre gestion de l’eau : économies

Nous avons investi dans des appareils électroménagers économes en eau. Mais la source d’économie principale est l’utilisation de toilettes sèches sur litière de paille broyée et copeaux de bois ; le tout mis à composter au jardin et utilisé sur les fleurs et arbres du terrain après au minimum une année d’attente. Nous sommes déjà connectés au réseau de distribution locale, source de Couvains. Nous allons installer un système de récupération d’eau de pluies comprenant une première citerne de décantation et une citerne de stockage de 10 à 15 m3. Ces deux citernes seront enterrées assurant ainsi une meilleure conservation de l’eau. Cette dernière passera un ensemble de filtres la rendant utilisable en qualité d’eau sanitaire, froide ou chaude. L’eau potable suivra un réseau séparé. Afin de réduire l’impact de notre vie quotidienne sur la ressource en eau, nous consommons bio, nous jardinons bio, nous utilisons des lessives et autres produits d’entretien écologiques et nous nous soignons par homéopathie. Nous limitons ainsi l’utilisation et le rejet de molécules chimiques de synthèse dont le devenir après usage reste incertain. L’assainissement est de type fosse toutes eaux/épandage.

Notre mode de chauffage : trois sources de calories et un principe d’accumulation

Le soleil est la première source de chaleur grâce à une exposition plein sud et de grandes baies vitrées. Une dalle mixte de carreaux de terre cuite et de terre battue accumule cette chaleur pour la restituer les heures suivantes. Le bois est la deuxième source de calories grâce à un poêle labellisé “flamme verte” à double combustion. La chaleur émanant du poêle est en partie stockée dans un mur de masse (2 tonnes) de briques de terre crue maçonnées disposé juste à l’arrière du poêle. La chaleur du sol (accumulateur naturel de calories) sera récupérée par l’installation d’un puits canadien en projet (passage à 2 mètres de profondeur sur quelques dizaines de mètres de longueur d’un tuyau où circule de l’air poussé par un ventilateur) : l’air intérieur de la maison est ainsi remplacé par de l’air extérieur “préchauffé” en hiver et “rafraîchi” en été. Le puits canadien remplace une climatisation à moindre frais écologique et économique.
L’isolation est assurée par la paille et par de la laine de mouton brute issue de troupeaux de la région élevés selon le mode biologique.

Nos économies en matière d’énergie électrique

Notre équipement électroménager est de type économe. L’eau chaude produite par le biais d’un chauffe-eau solaire acquis dans le cadre d’un achat groupé initié par le Groupement régional d’agriculture biologique (Grab). Le lave-vaisselle est uniquement alimenté en eau chaude (préréglée à 65 °C maximum pour toute la maison). Le lave-linge est alimenté en eau via un mitigeur thermostatique et ne réchauffera l’eau que lors de rares lavages à 90 °C. L’organisation dans l’usage de l’eau chaude est de rigueur afin de profiter au maximum des calories solaires. Nos réfrigérateurs et congélateur sont placés dans des endroits non chauffés. Toutes nos sources lumineuses sont équipées d’ampoule basse consommation. Notre maison bénéficie d’un bon éclairage naturel limitant l’usage de l’éclairage artificiel. Nous évitons les veilles sur nos appareils dès que cela est possible. Nous demandons le raccordement au réseau EDF, mais nous voudrions installer une unité de production solaire d’électricité. La capacité de cette installation est calculée pour couvrir notre consommation domestique et permettre la recharge des batteries d’un véhicule électrique (en projet).

A voir aussi sur le sujet :

Des ressources à consommer avec modération

Quand l’écologie commence chez soi.

 



Réagir

  • VISITE : LA MAISON ECOLOGIQUE DE D.MAGUET
    Commentaire déposé le 3 juin 2007 par ecoverger

    les informations sont nécessaires et l’expérience indispensable .....Une association régionale de promotion de l’éco-construction ARPE regroupe artisans,architectes,maitres d’oeuvre,associations de formations ,distributeurs de matériaux ,...se met en place au 51 quai de juillet à CAEN dans les locaux de la maison des solidarités.







modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.



(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)



Qui êtes-vous ? (Optionnel)




























Site Internet du magazine mensuel "le bouffon". Actualités sociales et culturelles. Edité à Caen par l'association Les Chemins de Traverses. Presse associative & alternative. Chantier d'insertion depuis 2005.
Le site utilise le logiciel libre et gratuit spip.
Contact: les chemins de traverses. tel:0231528707. email: lejournal.bouffon@laposte.net
Webmestre: Mathieu Boulier. tel: 0231841089. email:eblouir@yahoo.fr
flux rss  Flux rssInscription à la newsletter