Le jeune Jean-Charles vient enfin de trouver un véritable emploi. La légende prétend que l’on parvient encore à en trouver, si bien sûr on s’en donne la peine. Moi, je veux bien. Le jeune Jean-Charles appelle ses parents, histoire de leur annoncer la bonne nouvelle, appelle sa dulcinée qui habite à Montréal et qui donc s’en fout complètement. Puis en ayant terminé avec ses coups de fil paye quelques verres de remontant à ses copains et leur confie que dans quelques jours, il pendra la crémaillère dans son nouvel et premier appartement. Évidemment ça vous amuse, moi aussi d’ailleurs. Je n’ai rien contre une certaine forme d’inconscience, mais tout de même.
Le jeune Jean-Charles ayant été sévèrement descendu par les remontants absorbés la veille, arrive malgré tout à se mettre une petite agence immobilière sous la dent : LE LOGIS SANS-SOUCI. Ça inspire confiance non ?
"Bonjour Madame, je voudrais un appart avec vue sur la mer, pour, disons demain."
"Ça va être difficile, nous sommes à 15 km de la mer, et même en étant optimistes, il me paraît assez peu probable qu’une marée, même de grande ampleur n’atteigne notre ville."
"Bon, alors un appart avec vue sur les jardins de la mairie, c’est faisable ?"
"Si vous avez les moyens, pourquoi pas. Vous travaillez depuis quand, et surtout, surtout, vous gagnez combien ?"
"Alors là j’vais vous épater, j’travaille depuis la semaine prochaine et je gagne 1 200 euros."
"Bien, je présume que vous travaillez dans la restauration, et que ces 1 200 euros sont vos pourboires ; ceci dit moi ce que j’aimerais connaître c’est votre salaire."
"Mais, c’est mon salaire."
"Vous plaisantez. Avec cette somme je peux peut-être vous proposer un petit quelque chose à la SPA, dans le chenil, mais guère plus... au revoir Monsieur, la porte est derrière vous."
Bah, ce n’est pas un petit échec qui va terrasser le jeune Jean-Charles ; il en a vu d’autres. Et puis en homme rusé et prudent, il avait jugé utile de prendre rendez-vous avec un particulier, heureux propriétaire d’un petit studio avec poutres apparentes en plein centre-ville. C’est du moins ce que prétendait avec tambours et trompettes la petite annonce.
"Bien, alors jeune homme, 1 200 euros c’est peu, très peu, beaucoup trop peu. Donc, combien gagne votre femme ?"
" Ma femme ? Mais j’suis pas marié, j’ai 18 ans."
"Et alors, il y a des tas de gens qui sont mariés à 18 ans, tenez-moi j’me souviens qu’en 40... oui, bon là n’est pas l’problème. De toute façon il me faut 6 mois d’avance, plus bien sûr un garant, votre carte d’ancien combattant, et une attestation sur l’honneur que vous n’êtes pas homosexuel. Vu ?"
Bah ce n’est pas un petit échec qui va terrasser le jeune Jean-Charles ; il en a vu d’autres etc. (voir plus haut).
Reste les HLM, pourquoi pas après tout.
" Bonjour Madame HLM, pour un p’tit appart, ce s’rait possible ?
"" Mais bien sûr jeune homme, aucun problème, même si vous êtes chômeur voyez-vous. Dites-moi simplement depuis combien de temps vous êtes marié, combien vous avez d’enfants, deux ce serait parfait, et si vous avez un animal domestique, les tigres et les serpents ne sont pas acceptés."
"Mais j’suis célibataire sans enfant et sans animal."
"Parfait, pas’d’problème, trois ans d’attente, pas plus."
Le jeune Jean-Charles est quelque peu dépité ; il va probablement appeler ses copains, il lui reste quelque monnaie en poche, il va leur proposer quelques petits remontants sur un banc près de la gare.

 




+++
Le jeune Jean-Charles vient enfin de trouver un véritable emploi. La légende prétend que l’on parvient encore à en trouver, si bien sûr on s’en donne la peine. Moi, je veux bien. Le jeune Jean-Charles appelle ses parents, histoire de leur annoncer la bonne nouvelle, appelle sa dulcinée qui habite à Montréal et qui donc s’en fout complètement. Puis en ayant terminé avec ses coups de fil paye quelques verres de remontant à ses copains et leur confie que dans quelques jours, il pendra la crémaillère dans son nouvel et premier appartement. Évidemment ça vous amuse, moi aussi d’ailleurs. Je n’ai rien contre une certaine forme d’inconscience, mais tout de même.
Le jeune Jean-Charles ayant été sévèrement descendu par les remontants absorbés la veille, arrive malgré tout à se mettre une petite agence immobilière sous la dent : LE LOGIS SANS-SOUCI. Ça inspire confiance non ?
"Bonjour Madame, je voudrais un appart avec vue sur la mer, pour, disons demain."
"Ça va être difficile, nous sommes à 15 km de la mer, et même en étant optimistes, il me paraît assez peu probable qu’une marée, même de grande ampleur n’atteigne notre ville."
"Bon, alors un appart avec vue sur les jardins de la mairie, c’est faisable ?"
"Si vous avez les moyens, pourquoi pas. Vous travaillez depuis quand, et surtout, surtout, vous gagnez combien ?"
"Alors là j’vais vous épater, j’travaille depuis la semaine prochaine et je gagne 1 200 euros."
"Bien, je présume que vous travaillez dans la restauration, et que ces 1 200 euros sont vos pourboires ; ceci dit moi ce que j’aimerais connaître c’est votre salaire."
"Mais, c’est mon salaire."
"Vous plaisantez. Avec cette somme je peux peut-être vous proposer un petit quelque chose à la SPA, dans le chenil, mais guère plus... au revoir Monsieur, la porte est derrière vous."
Bah, ce n’est pas un petit échec qui va terrasser le jeune Jean-Charles ; il en a vu d’autres. Et puis en homme rusé et prudent, il avait jugé utile de prendre rendez-vous avec un particulier, heureux propriétaire d’un petit studio avec poutres apparentes en plein centre-ville. C’est du moins ce que prétendait avec tambours et trompettes la petite annonce.
"Bien, alors jeune homme, 1 200 euros c’est peu, très peu, beaucoup trop peu. Donc, combien gagne votre femme ?"
" Ma femme ? Mais j’suis pas marié, j’ai 18 ans."
"Et alors, il y a des tas de gens qui sont mariés à 18 ans, tenez-moi j’me souviens qu’en 40... oui, bon là n’est pas l’problème. De toute façon il me faut 6 mois d’avance, plus bien sûr un garant, votre carte d’ancien combattant, et une attestation sur l’honneur que vous n’êtes pas homosexuel. Vu ?"
Bah ce n’est pas un petit échec qui va terrasser le jeune Jean-Charles ; il en a vu d’autres etc. (voir plus haut).
Reste les HLM, pourquoi pas après tout.
" Bonjour Madame HLM, pour un p’tit appart, ce s’rait possible ?
"" Mais bien sûr jeune homme, aucun problème, même si vous êtes chômeur voyez-vous. Dites-moi simplement depuis combien de temps vous êtes marié, combien vous avez d’enfants, deux ce serait parfait, et si vous avez un animal domestique, les tigres et les serpents ne sont pas acceptés."
"Mais j’suis célibataire sans enfant et sans animal."
"Parfait, pas’d’problème, trois ans d’attente, pas plus."
Le jeune Jean-Charles est quelque peu dépité ; il va probablement appeler ses copains, il lui reste quelque monnaie en poche, il va leur proposer quelques petits remontants sur un banc près de la gare.

 



Réagir

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.



(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)



Qui êtes-vous ? (Optionnel)




























Site Internet du magazine mensuel "le bouffon". Actualités sociales et culturelles. Edité à Caen par l'association Les Chemins de Traverses. Presse associative & alternative. Chantier d'insertion depuis 2005.
Le site utilise le logiciel libre et gratuit spip.
Contact: les chemins de traverses. tel:0231528707. email: lejournal.bouffon@laposte.net
Webmestre: Mathieu Boulier. tel: 0231841089. email:eblouir@yahoo.fr
flux rss  Flux rssInscription à la newsletter