de Jonathan Coe
Editions Gallimard
Paru en janvier 2009


Je l’avoue, j’ai d’abord été attiré par cette jolie couverture, puis par ce titre qui chante de lui même et qui nous interroge . "La pluie, avant qu’elle tombe" est le tout dernier roman écrit par Jonathan Coe, connu pour ses oeuvres sarcastiques telles que le "testament à l’anglaise" ou encore "le cercle fermé". L’auteur fait ici appel à un autre registre, celui du roman bouleversant. Au long de ce récit, Jonathan Coe joue sur les coïncidences, celles qui brisent des vies et surtout ce qui les alimentent, les passions... On se retrouve alors avec des éclats maquillés en vingt photos qui retracent trois générations de femmes. Je ne vous en dis pas plus... si ce n’est que l’écriture n’est jamais lourde et qu’elle ne sert à aucun moment une mélancolie douteuse, que l’auteur fait preuve de justesse quand il parcourt les chemins de l’intime, sans jamais trop plonger dans la psychologie, et qu’il touche sincèrement notre coeur quand il piétine et écrase le bonheur. Coe nous livre un roman poignant. On se laisserait volontiers abattre par la pluie pour sentir à nouveau l’amertume de ce roman...




+++

de Jonathan Coe
Editions Gallimard
Paru en janvier 2009


Je l’avoue, j’ai d’abord été attiré par cette jolie couverture, puis par ce titre qui chante de lui même et qui nous interroge . "La pluie, avant qu’elle tombe" est le tout dernier roman écrit par Jonathan Coe, connu pour ses oeuvres sarcastiques telles que le "testament à l’anglaise" ou encore "le cercle fermé". L’auteur fait ici appel à un autre registre, celui du roman bouleversant. Au long de ce récit, Jonathan Coe joue sur les coïncidences, celles qui brisent des vies et surtout ce qui les alimentent, les passions... On se retrouve alors avec des éclats maquillés en vingt photos qui retracent trois générations de femmes. Je ne vous en dis pas plus... si ce n’est que l’écriture n’est jamais lourde et qu’elle ne sert à aucun moment une mélancolie douteuse, que l’auteur fait preuve de justesse quand il parcourt les chemins de l’intime, sans jamais trop plonger dans la psychologie, et qu’il touche sincèrement notre coeur quand il piétine et écrase le bonheur. Coe nous livre un roman poignant. On se laisserait volontiers abattre par la pluie pour sentir à nouveau l’amertume de ce roman...



Réagir

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.



(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)



Qui êtes-vous ? (Optionnel)








le bouffon
flux rss  Flux rssInscription à la newsletter