Réflexion sur le temps et temps de la réflexion 
Le temps passe, avec lequel nous sommes engagés dans un corps à corps à l’issue normalement toujours fatale. Dans ce temps infini, que nous avons conjuré par l’éternité de nos générations successives, nous déclinons des vies minutées à la seconde pour les uns ou suspendues pour les autres au hors-temps social d’une exclusion qui oxyde ou qui occit l’identité vitale.Si la dérive des continents continue patiemment de creuser l’écart entre les civilisations qui les composent, le temps des civilisations creuse aussi d’autres écarts.

Le temps nord - américiain , linéaire, orthonormant à l’image de ses rues urbaines, l’espace et le temps des vies humaines pour produire dans le stress de la performance, une résultante d’exploitation sous la forme d’un dollar- dieu (in god we trust) , un dieu protes-temps ?Le temps africain, qui s’anéantit dans une circularité détendue, rythmée par le cycle du tempo rural tel que l’observait Pierre Bourdieu dans la société kabyle de l’Algérie émergente.Ces deux pôles du temps de civilisation définissent-ils  les contours du développement de ces sociétés, une définition de la relation nord-sud, de la richesse et de la pauvreté ? Pas aussi fatalement simple qu’il n’y paraît. Ainsi, les sociétés américaines proposant au mali leur avance technologique pour leur permettre d’exploiter des ressources pétrolières récemment découvertes, ne permettent-elles pas de prolonger par ailleurs le temps de vie des ressources pétrolières américaines ?un enjeu pour le prochain quart de siècle. Le temps européen se cherche des solutions viables, pris dans le paradoxe d’un consumérisme qui, s’il satisfait les besoins d’une croissance en panne, ne saurait répondre à ceux d’une civilisation en quête de nouvelles valeurs. 

En France, le temps électoral se constitue en propositions de la gestion quinquennale de nos quotidiens à venir. Ces propositions comportent en général une cerise sur le gâteau de la répartition sociale du PNB.Aux prises avec leurs doutes et leurs craintes, les citoyens doivent, dans un contexte marqué par la précarité, l’accélération du temps et l’aspect éphémère, discontinu de nos constructions, questionner le caractère durable de notre développement et anticiper les enjeux lointains qui concerneront les générations suivantes. Il est urgent de prendre le temps...de cette réflexion.

 




+++

Réflexion sur le temps et temps de la réflexion 
Le temps passe, avec lequel nous sommes engagés dans un corps à corps à l’issue normalement toujours fatale. Dans ce temps infini, que nous avons conjuré par l’éternité de nos générations successives, nous déclinons des vies minutées à la seconde pour les uns ou suspendues pour les autres au hors-temps social d’une exclusion qui oxyde ou qui occit l’identité vitale.Si la dérive des continents continue patiemment de creuser l’écart entre les civilisations qui les composent, le temps des civilisations creuse aussi d’autres écarts.

Le temps nord - américiain , linéaire, orthonormant à l’image de ses rues urbaines, l’espace et le temps des vies humaines pour produire dans le stress de la performance, une résultante d’exploitation sous la forme d’un dollar- dieu (in god we trust) , un dieu protes-temps ?Le temps africain, qui s’anéantit dans une circularité détendue, rythmée par le cycle du tempo rural tel que l’observait Pierre Bourdieu dans la société kabyle de l’Algérie émergente.Ces deux pôles du temps de civilisation définissent-ils  les contours du développement de ces sociétés, une définition de la relation nord-sud, de la richesse et de la pauvreté ? Pas aussi fatalement simple qu’il n’y paraît. Ainsi, les sociétés américaines proposant au mali leur avance technologique pour leur permettre d’exploiter des ressources pétrolières récemment découvertes, ne permettent-elles pas de prolonger par ailleurs le temps de vie des ressources pétrolières américaines ?un enjeu pour le prochain quart de siècle. Le temps européen se cherche des solutions viables, pris dans le paradoxe d’un consumérisme qui, s’il satisfait les besoins d’une croissance en panne, ne saurait répondre à ceux d’une civilisation en quête de nouvelles valeurs. 

En France, le temps électoral se constitue en propositions de la gestion quinquennale de nos quotidiens à venir. Ces propositions comportent en général une cerise sur le gâteau de la répartition sociale du PNB.Aux prises avec leurs doutes et leurs craintes, les citoyens doivent, dans un contexte marqué par la précarité, l’accélération du temps et l’aspect éphémère, discontinu de nos constructions, questionner le caractère durable de notre développement et anticiper les enjeux lointains qui concerneront les générations suivantes. Il est urgent de prendre le temps...de cette réflexion.

 



Réagir

  • LE TEMPS DES CERISES
    Commentaire déposé le 15 décembre 2006 par Slaine

    De temps en temps il m’arrive de me demander s’il est encore temps ...

    Notre nature est bien faite, notre société aussi, dés lors que certains tiennent les brides d’autres se satisfont de suivre le mouvement ... ne rien avoir à décider, se satisfaire d’un état de fait ... c’est temps temps ...

    Oui au constat impuissant de ces déchirements sociaux et ecologiques, oui à une communication promotionnelle du mélo à des fins politiques.

    Des quatre générations présentes la plus ancienne ne comprend plus, elle n’a plus pied, elle est absente, ses enfants ont posé un genou à terre, abatus par le process économique ils étouffent, ces valeurs ne sont plus les leurs, eux qui s’abandonner à l’idée de réussite par le travail, leurs enfants ont démissionné, ils ont tiré les leçons des erreurs de leurs parents, ils s’enferment dans une bulle d’autosuffisance et quant à la dernière génération, elle est en danger, comme souvent on l’appelera pour les optimistes "la génération du changement" et pour les autres "la génération perdue".

    Temps du changement ou temps perdu ...

    De temps en temps il m’arrive de me demander s’il est encore temps ...









modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.



(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)



Qui êtes-vous ? (Optionnel)




























Site Internet du magazine mensuel "le bouffon". Actualités sociales et culturelles. Edité à Caen par l'association Les Chemins de Traverses. Presse associative & alternative. Chantier d'insertion depuis 2005.
Le site utilise le logiciel libre et gratuit spip.
Contact: les chemins de traverses. tel:0231528707. email: lejournal.bouffon@laposte.net
Webmestre: Mathieu Boulier. tel: 0231841089. email:eblouir@yahoo.fr
flux rss  Flux rssInscription à la newsletter