Au cinéma, la route est un théâtre, une scène ouverte sur un monde qui se dessine sous les caprices des kilomètres. Dans les restaurants qui la bordent, les postes à essence, les amitiés et les amours de passage se nouent. La route c’est la vie et le seul véritable héros des histoires. Ainsi Le genre cinématographique se décline en plusieurs thèmes : le crime ou la recherche d’une vie meilleure, la cavale ou la fuite, le voyage d’agrément ou l’errance, les retrouvailles avec une personne et la course automobile… Voilà ce que nous décrit la route, ou de manière plus générale le voyage, toutes les émotions que soulève la poussière.

Le MEURTRE et l’espoir d’une vie meilleure…

Les personnages et les véhicules se croisent et parfois se percutent comme dans Mad Max (George Miller, 1982). L’asphalte devient, dans ce film, le lieu du crime et les hommes profitent du périple pour commettre des meurtres. Une guerre sans merci oppose les motards hors-la-loi et le policier Interceptor (Mel Gibson) au volant de sa Ford Falcon XB-GT Coupe 1973 au moteur survitaminé. George Miller filme la route avec des caméras embarquées dignes d’un circuit de F1. On rase le sol comme le mal et les héros de Tueurs nés (Oliver Stone, 1994) s’en donnent eux aussi à cœur joie. Le road movie devient alors un western moderne où les chevaux mécaniques rajeunissent les films du grand Ouest américain des années 1930 et 1960...






Pour lire la suite de cet article et découvrir l’intégralité du numéro 32 intitulé « Sur la route », rendez-vous dans l’un de nos 90 points de vente du Calvados ou sur notre espace de vente en ligne pour vous procurer l’un des 300 exemplaires du Bouffon.

Sommaire complet du N°32




+++

Au cinéma, la route est un théâtre, une scène ouverte sur un monde qui se dessine sous les caprices des kilomètres. Dans les restaurants qui la bordent, les postes à essence, les amitiés et les amours de passage se nouent. La route c’est la vie et le seul véritable héros des histoires. Ainsi Le genre cinématographique se décline en plusieurs thèmes : le crime ou la recherche d’une vie meilleure, la cavale ou la fuite, le voyage d’agrément ou l’errance, les retrouvailles avec une personne et la course automobile… Voilà ce que nous décrit la route, ou de manière plus générale le voyage, toutes les émotions que soulève la poussière.

Le MEURTRE et l’espoir d’une vie meilleure…

Les personnages et les véhicules se croisent et parfois se percutent comme dans Mad Max (George Miller, 1982). L’asphalte devient, dans ce film, le lieu du crime et les hommes profitent du périple pour commettre des meurtres. Une guerre sans merci oppose les motards hors-la-loi et le policier Interceptor (Mel Gibson) au volant de sa Ford Falcon XB-GT Coupe 1973 au moteur survitaminé. George Miller filme la route avec des caméras embarquées dignes d’un circuit de F1. On rase le sol comme le mal et les héros de Tueurs nés (Oliver Stone, 1994) s’en donnent eux aussi à cœur joie. Le road movie devient alors un western moderne où les chevaux mécaniques rajeunissent les films du grand Ouest américain des années 1930 et 1960...






Pour lire la suite de cet article et découvrir l’intégralité du numéro 32 intitulé « Sur la route », rendez-vous dans l’un de nos 90 points de vente du Calvados ou sur notre espace de vente en ligne pour vous procurer l’un des 300 exemplaires du Bouffon.

Sommaire complet du N°32



Réagir

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.



(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)



Qui êtes-vous ? (Optionnel)








flux rss  Flux rssInscription à la newsletter