Il y a quelques jours, nous vous parlions ici de note2be.com, un site permettant aux élèves de noter leurs professeurs. Né d’une proposition du rapport Attali* d’évaluer les fonctionnaires et de certains propos de Valérie Pécresse, inspiré de spickmich.de (équivalent allemand de note2be), ce site est actuellement en pleine tourmente et de nombreux enseignants tentent d’obtenir sa fermeture. Parmi eux, Jean-Baptiste Verneuil, responsable IUFM du SIAES — SIES – CAT et membre du Bureau du SIES et du SIAES**, répond aux questions du Bouffon.




Que pensez-vous de cette démarche consistant à évaluer les professeurs par les élèves ?
Le SIES et le SIAES sont contre le principe même de la notation des professeurs par les élèves. Il convient de rappeler que les professeurs sont recrutés sur la base de concours nationaux extrêmement sélectifs après avoir effectué de longues études. Leur qualification disciplinaire est donc reconnue et de très haut niveau, elle n’a pas à être rediscutée.
D’autre part, les enseignants font déjà l’objet d’une notation pédagogique de la part de leur inspecteur (en moyenne tous les 4 – 5 ans) et d’une notation administrative annuelle de la part de leur chef d’établissement.
La relation maître/élève est de nature inégalitaire. L’enseignant transmet un savoir. Comment envisager sérieusement que celui qui reçoit le savoir, puisqu’il en est dépourvu, puisse noter le maître ? Une évaluation objective ne peut se faire qu’entre pairs, par des supérieurs ou par des personnes réputées compétentes et formées pour cela.
En revanche, il existe des cas où le contenu d’un enseignement est évalué par les étudiants en faculté. Cela est entièrement différent, c’est le contenu de l’enseignement qui fait l’objet d’un dialogue constructif entre le professeur et les étudiants et non l’enseignant lui-même qui est noté ; cela se fait entre adultes qui ont davantage de retenue et d’esprit critique que des enfants ou des adolescents.

Quel est votre sentiment à propos des dérives constatées sur le site (acharnement, enseignant décédé noté entre autre) ?
Les dérives lamentables et pénalement condamnables du site note2be démontrent bien que cette prétendue notation ne peut conduire qu’à un lynchage public et gratuit des individus. Car même si certains professeurs sont bien notés, cette évaluation est totalement absurde puisque fondée sur de l’affectif, des impressions fugaces et du ressenti et non sur des critères objectifs de la part de personnes ayant du recul sur la pédagogie ou la discipline enseignée.
Cela est tout à fait révélateur de la société actuelle et de « l’enfant roi », « l’enfant tout puissant ». Certains ne veulent plus que l’enfant vienne à l’école pour s’instruire, ils estiment que l’enfant doit y être « reconnu » quoi qu’il fasse. Pour apprendre, il faut savoir se taire, et écouter ce qui est professé.

Vous avez envoyé un courrier au président de la République et à deux de ses ministres, ainsi qu’au rectorat d’Aix Marseille pour leur demander d’agir : avez-vous eu des retours ? Et globalement, que pensez-vous du manque de réaction des politiques dans cette affaire ?
Nous n’avons eu aucun retour écrit de l’administration pour l’instant, ce que nous déplorons profondément. Seul le rectorat d’Aix Marseille nous a fait savoir qu’il accordera la protection juridique du fonctionnaire aux professeurs nommés sur ce site qui en feront la demande. C’est en partie ce que nous demandions.
Nous déplorons la réaction tardive du Ministre de l’Éducation Nationale, mais nous nous félicitons qu’il ait maintenant pris conscience de la gravité de la situation et qu’il soutienne ses agents.
Les réactions politiques sont également très frileuses et ont tardé à venir. Le SIES et le SIAES étant des syndicats indépendants politiquement et idéologiquement, la réaction de notre hiérarchie nous importe en priorité, en dehors de toute considération politique.

Vous avez mené une action qui à fait que comclick (vente d’espaces publicitaires sur Internet) a cessé de louer ces espaces sur le site. Comment cela s’est-il passé ?

Le SIES et le SIAES sont à l’origine d’un appel au boycott des sociétés qui diffusent de la publicité sur le site note2be et de la régie publicitaire comclick (qui appartient au groupe HiMedia). Très tôt, nous avons appelé nos adhérents et tous les professeurs, mais plus généralement tous les citoyens à contacter ces sociétés pour leur faire connaître avec courtoisie leur mécontentement.
Cet appel a été relayé par le site contrenote2be.unblog.fr qui fédère toutes les actions syndicales et non syndicales contre note2be et cela s’est conclu par un succès : une quinzaine d’annonceurs ont quitté le site et la société note2be a dû trouver une nouvelle régie (zanox) et n’a plus maintenant qu’un seul annonceur, contre lequel nous avons immédiatement appelé à une nouvelle opération.
Ne nous leurrons pas, le site note2be ne vise qu’un seul objectif, permettre à la société SARL note2be de réaliser des bénéfices grâce aux espaces publicitaires. Nous sommes loin des nobles causes pédagogiques évoquées par le créateur de ce site dans les interviews qu’il donne.
Signalons qu’aucun syndicat ne s’est associé à nous pour cette action alors que contrairement à des grèves rituelles d’un jour rarement suivies d’effet, sauf sur le porte-monnaie des collègues, cette action était gratuite et s’est révélée très efficace.

Quelles sont les prochaines actions que vous envisagez ?

Nous attendons la décision de la CNIL*** et espérons que le site sera déclaré illégal et fermera. Si tel n’était pas le cas, nous ne nous résignerions pas et poursuivrions par tous les moyens légaux des actions visant à faire fermer un tel site.
De très nombreux professeurs nous ont contactés et nous leur fournissons toute la procédure légale pour faire retirer leur nom de ce site. Le SIAES et le SIES ont également appelé leurs adhérents et sympathisants à signer la pétition mise en ligne contre note2be.

D’après les forums note2be, certaines personnes semblent apprécier l’initiative de ce site. Avez-vous un message pour eux ?
L’image des professeurs a été très profondément mise à mal depuis des années, leur autorité contestée, leur sérieux remis en cause, leur compétence même. Les médias entretiennent parfois ce phénomène.
Je dirai simplement que si le maître doit respecter ses élèves en tant qu’individus, la réciproque est vraie et les élèves doivent respecter le maître avant tout pour son savoir. Toutes les civilisations se sont construites sur la transmission de connaissances du maître à l’élève. Je ne sais pas si ces personnes se réjouiraient de voir leur nom, leur lieu et la nature de leur travail rendus public, avec la possibilité laissée à n’importe qui d’écrire n’importe quoi.
Un des arguments qui revient souvent chez les personnes qui apprécient l’idée de noter les professeurs est que certains médias classent déjà les lycées en fonction de la réussite au baccalauréat et les cliniques en fonction de différents critères. Mais on ne classe pas les chirurgiens, les infirmières, les aides soignantes.
Essayons de préserver le service public d’instruction et d’éducation du syndrome « star académie ».

Des propos qui semblent partagés par la quasi-totalité du corps enseignant. Si l’on comprend le but du site (les parents peuvent voir la "qualité" de l’enseignement prodigué à leurs rejetons), On a du mal à voir en quoi comparer les mérites des professeurs comme on compare des prix dans un supermarché va changer les choses, sans compter les nombreux dérapages, allant de simples blagues (noms inventés comme Monsieur Dick Xioner, professeur de Français) à des choses plus graves (acharnement contre un enseignant). Et puis, qu’est ce que ça peut changer ? Des parents vont-ils refuser que leur enfant aille en cours avec un prof mal noté ? Un enseignant va-t-il se remettre en question parce qu’il s’est fait "saquer" sur ce site ? Difficile à croire. Des considérations que devraient prendre en compte les créateurs du site (dont l’avenir est plus qu’incertain, car il pourrait fermer dès le 3 mars prochain sur décision du tribunal de grande instance). Seul petit rayon de soleil pour eux : en Allemagne, Spickmich.de à connu lui aussi un départ houleux, mais continue à exister après plus d’un an et semble être rentré dans les mœurs. En sera-t-il de même ici ? Cela semble tout de même peu probable…

* citation du rapport Attali : « L’évaluation des professeurs ne peut pas reposer uniquement sur les notes qu’obtiennent leurs meilleurs élèves ni sur l’examen d’inspecteurs […] Elle doit aussi reposer sur une évaluation de leur pédagogie par leurs élèves… »

**SIES : Syndicat Indépendant — National de l’Enseignement du Second degré
SIAES : Syndicat Indépendant Académique Aix Marseille de l’Enseignement Secondaire
CAT : confédération autonome du travail

*** CNIL : commission nationale de l’informatique et des libertés. Cet organisme examine actuellement le cas du site note2be et rendra une décision sur sa continuation ou non le 6 mars prochain.




+++

Il y a quelques jours, nous vous parlions ici de note2be.com, un site permettant aux élèves de noter leurs professeurs. Né d’une proposition du rapport Attali* d’évaluer les fonctionnaires et de certains propos de Valérie Pécresse, inspiré de spickmich.de (équivalent allemand de note2be), ce site est actuellement en pleine tourmente et de nombreux enseignants tentent d’obtenir sa fermeture. Parmi eux, Jean-Baptiste Verneuil, responsable IUFM du SIAES — SIES – CAT et membre du Bureau du SIES et du SIAES**, répond aux questions du Bouffon.




Que pensez-vous de cette démarche consistant à évaluer les professeurs par les élèves ?
Le SIES et le SIAES sont contre le principe même de la notation des professeurs par les élèves. Il convient de rappeler que les professeurs sont recrutés sur la base de concours nationaux extrêmement sélectifs après avoir effectué de longues études. Leur qualification disciplinaire est donc reconnue et de très haut niveau, elle n’a pas à être rediscutée.
D’autre part, les enseignants font déjà l’objet d’une notation pédagogique de la part de leur inspecteur (en moyenne tous les 4 – 5 ans) et d’une notation administrative annuelle de la part de leur chef d’établissement.
La relation maître/élève est de nature inégalitaire. L’enseignant transmet un savoir. Comment envisager sérieusement que celui qui reçoit le savoir, puisqu’il en est dépourvu, puisse noter le maître ? Une évaluation objective ne peut se faire qu’entre pairs, par des supérieurs ou par des personnes réputées compétentes et formées pour cela.
En revanche, il existe des cas où le contenu d’un enseignement est évalué par les étudiants en faculté. Cela est entièrement différent, c’est le contenu de l’enseignement qui fait l’objet d’un dialogue constructif entre le professeur et les étudiants et non l’enseignant lui-même qui est noté ; cela se fait entre adultes qui ont davantage de retenue et d’esprit critique que des enfants ou des adolescents.

Quel est votre sentiment à propos des dérives constatées sur le site (acharnement, enseignant décédé noté entre autre) ?
Les dérives lamentables et pénalement condamnables du site note2be démontrent bien que cette prétendue notation ne peut conduire qu’à un lynchage public et gratuit des individus. Car même si certains professeurs sont bien notés, cette évaluation est totalement absurde puisque fondée sur de l’affectif, des impressions fugaces et du ressenti et non sur des critères objectifs de la part de personnes ayant du recul sur la pédagogie ou la discipline enseignée.
Cela est tout à fait révélateur de la société actuelle et de « l’enfant roi », « l’enfant tout puissant ». Certains ne veulent plus que l’enfant vienne à l’école pour s’instruire, ils estiment que l’enfant doit y être « reconnu » quoi qu’il fasse. Pour apprendre, il faut savoir se taire, et écouter ce qui est professé.

Vous avez envoyé un courrier au président de la République et à deux de ses ministres, ainsi qu’au rectorat d’Aix Marseille pour leur demander d’agir : avez-vous eu des retours ? Et globalement, que pensez-vous du manque de réaction des politiques dans cette affaire ?
Nous n’avons eu aucun retour écrit de l’administration pour l’instant, ce que nous déplorons profondément. Seul le rectorat d’Aix Marseille nous a fait savoir qu’il accordera la protection juridique du fonctionnaire aux professeurs nommés sur ce site qui en feront la demande. C’est en partie ce que nous demandions.
Nous déplorons la réaction tardive du Ministre de l’Éducation Nationale, mais nous nous félicitons qu’il ait maintenant pris conscience de la gravité de la situation et qu’il soutienne ses agents.
Les réactions politiques sont également très frileuses et ont tardé à venir. Le SIES et le SIAES étant des syndicats indépendants politiquement et idéologiquement, la réaction de notre hiérarchie nous importe en priorité, en dehors de toute considération politique.

Vous avez mené une action qui à fait que comclick (vente d’espaces publicitaires sur Internet) a cessé de louer ces espaces sur le site. Comment cela s’est-il passé ?

Le SIES et le SIAES sont à l’origine d’un appel au boycott des sociétés qui diffusent de la publicité sur le site note2be et de la régie publicitaire comclick (qui appartient au groupe HiMedia). Très tôt, nous avons appelé nos adhérents et tous les professeurs, mais plus généralement tous les citoyens à contacter ces sociétés pour leur faire connaître avec courtoisie leur mécontentement.
Cet appel a été relayé par le site contrenote2be.unblog.fr qui fédère toutes les actions syndicales et non syndicales contre note2be et cela s’est conclu par un succès : une quinzaine d’annonceurs ont quitté le site et la société note2be a dû trouver une nouvelle régie (zanox) et n’a plus maintenant qu’un seul annonceur, contre lequel nous avons immédiatement appelé à une nouvelle opération.
Ne nous leurrons pas, le site note2be ne vise qu’un seul objectif, permettre à la société SARL note2be de réaliser des bénéfices grâce aux espaces publicitaires. Nous sommes loin des nobles causes pédagogiques évoquées par le créateur de ce site dans les interviews qu’il donne.
Signalons qu’aucun syndicat ne s’est associé à nous pour cette action alors que contrairement à des grèves rituelles d’un jour rarement suivies d’effet, sauf sur le porte-monnaie des collègues, cette action était gratuite et s’est révélée très efficace.

Quelles sont les prochaines actions que vous envisagez ?

Nous attendons la décision de la CNIL*** et espérons que le site sera déclaré illégal et fermera. Si tel n’était pas le cas, nous ne nous résignerions pas et poursuivrions par tous les moyens légaux des actions visant à faire fermer un tel site.
De très nombreux professeurs nous ont contactés et nous leur fournissons toute la procédure légale pour faire retirer leur nom de ce site. Le SIAES et le SIES ont également appelé leurs adhérents et sympathisants à signer la pétition mise en ligne contre note2be.

D’après les forums note2be, certaines personnes semblent apprécier l’initiative de ce site. Avez-vous un message pour eux ?
L’image des professeurs a été très profondément mise à mal depuis des années, leur autorité contestée, leur sérieux remis en cause, leur compétence même. Les médias entretiennent parfois ce phénomène.
Je dirai simplement que si le maître doit respecter ses élèves en tant qu’individus, la réciproque est vraie et les élèves doivent respecter le maître avant tout pour son savoir. Toutes les civilisations se sont construites sur la transmission de connaissances du maître à l’élève. Je ne sais pas si ces personnes se réjouiraient de voir leur nom, leur lieu et la nature de leur travail rendus public, avec la possibilité laissée à n’importe qui d’écrire n’importe quoi.
Un des arguments qui revient souvent chez les personnes qui apprécient l’idée de noter les professeurs est que certains médias classent déjà les lycées en fonction de la réussite au baccalauréat et les cliniques en fonction de différents critères. Mais on ne classe pas les chirurgiens, les infirmières, les aides soignantes.
Essayons de préserver le service public d’instruction et d’éducation du syndrome « star académie ».

Des propos qui semblent partagés par la quasi-totalité du corps enseignant. Si l’on comprend le but du site (les parents peuvent voir la "qualité" de l’enseignement prodigué à leurs rejetons), On a du mal à voir en quoi comparer les mérites des professeurs comme on compare des prix dans un supermarché va changer les choses, sans compter les nombreux dérapages, allant de simples blagues (noms inventés comme Monsieur Dick Xioner, professeur de Français) à des choses plus graves (acharnement contre un enseignant). Et puis, qu’est ce que ça peut changer ? Des parents vont-ils refuser que leur enfant aille en cours avec un prof mal noté ? Un enseignant va-t-il se remettre en question parce qu’il s’est fait "saquer" sur ce site ? Difficile à croire. Des considérations que devraient prendre en compte les créateurs du site (dont l’avenir est plus qu’incertain, car il pourrait fermer dès le 3 mars prochain sur décision du tribunal de grande instance). Seul petit rayon de soleil pour eux : en Allemagne, Spickmich.de à connu lui aussi un départ houleux, mais continue à exister après plus d’un an et semble être rentré dans les mœurs. En sera-t-il de même ici ? Cela semble tout de même peu probable…

* citation du rapport Attali : « L’évaluation des professeurs ne peut pas reposer uniquement sur les notes qu’obtiennent leurs meilleurs élèves ni sur l’examen d’inspecteurs […] Elle doit aussi reposer sur une évaluation de leur pédagogie par leurs élèves… »

**SIES : Syndicat Indépendant — National de l’Enseignement du Second degré
SIAES : Syndicat Indépendant Académique Aix Marseille de l’Enseignement Secondaire
CAT : confédération autonome du travail

*** CNIL : commission nationale de l’informatique et des libertés. Cet organisme examine actuellement le cas du site note2be et rendra une décision sur sa continuation ou non le 6 mars prochain.



Réagir

  • "L’AFFAIRE" NOTE2BE N’EST PAS FINIE
    Commentaire déposé le 3 mars 2008 par Marc

    La décision de justice est tombée ce lundi : note2be doit "suspendre l’utilisation de données nominatives d’enseignants aux fins de leur notation et leur traitement" et accessoirement verser un euro symbolique à chaque plaignant. Belle victoire pour les syndicats d’enseignants.



  • Note2be Décision de la CNIL
    Commentaire déposé le 7 mars 2008 par Jean-Baptiste

    Communiqué du SIAES et du SIES - CAT Education

    Note2be : Décision de la CNIL et bilan des actions

    Les syndicats S.I.A.E.S. (deuxième syndicat dans l’académie d’Aix Marseille pour les corps Certifiés + Agrégés + EPS avec 7,3 % des suffrages obtenus) et S.I.E.S. - CAT-Education prennent acte de la décision de la CNIL rendue ce jour 6 Mars 2008 déclarant le site note2be.com « illégitime au regard de la loi informatique et libertés » et du jugement rendu par le TGI le 3 Mars 2008, lui interdisant, conformément à la loi et aux garanties de la CNIL, de faire figurer « toute donnée nominative » concernant les professeurs, y compris sur son forum, avec suppression de toutes les données nominatives présentes, à peine d’astreinte de 1000 euros par jour et par infraction constatée.

    Les syndicats S.I.A.E.S. / S.I.E.S. - CAT-Education se félicitent du jugement obtenu à la suite de l’action en justice initiée par la FSU et des professeurs et de la décision rendue par la CNIL saisie par le SNALC et des professeurs.

    Ne voulant pas doublonner avec les actions engagées par d’autres syndicats, les syndicats S.I.A.E.S. / S.I.E.S. - CAT-Education ont cherché une action originale complétant celles engagées et rappellent qu’ils ont, dès le 12 Février, interpellé par écrit le Président de la République, les Ministres de la Fonction Publique et de l’Education nationale ainsi que le Rectorat, mis à la disposition des professeurs la procédure légale permettant de faire retirer leur nom du site ou d’ester en justice et conduit, de leur côté, une action couronnée d’un succès - reconnu par tous - contre le site note2be.com par le biais du tarissement des ressources publicitaires qu’en escomptait la SARL note2be en appelant à une action en direction des régies publicitaires et des annonceurs. Les communiqués du S.I.A.E.S. et du S.I.E.S. - C.A.T. - relayés et repris par le blog de lutte http://contrenote2be.unblog.fr (fédérant les actions des différents syndicats et les initiatives personnelles) - appelant tous les professeurs et plus largement tous les citoyens responsables et respectueux du Service Public d’Instruction et d’Education à contacter les régies publicitaires et les annonceurs afin de leur faire connaître, avec toute la courtoisie et le respect qui conviennent, leur désapprobation quant au contenu du site note2be se sont donc soldés par une succession de victoires. Trois régies publicitaires se sont succédé (les deux premières ayant mis un terme à leur collaboration avec le site note2be) et la totalité des annonceurs s’est retirée du site note2be durant la semaine précédant le jugement.

    Les syndicats S.I.A.E.S. / S.I.E.S. - CAT-Education se réjouissent que tous les syndicats de l’Education nationale aient, chacun à sa façon, et chacun avec ses moyens, dénoncé et agi contre ce site… dont le manque de sérieux aurait dû seul suffire à le discréditer. Ils remercient l’ensemble des citoyens qui ont participé à l’échec de la tentative de la SARL note2be de faire du profit sur le dos du Service Public d’Instruction et d’Education, des professeurs et des élèves, dangereusement manipulés.

    En attendant le résultat du jugement en appel, et puisque le nom des professeurs n’apparaît plus sur le site note2be, les syndicats S.I.A.E.S. / S.I.E.S. - CAT-Education suspendent leur appel à une action en direction de la régie publicitaire actuelle et des éventuels annonceurs. Ils prendront leurs responsabilités en fonction du résultat du jugement en appel ou d’un éventuel hébergement du site à l’étranger visant à échapper aux lois de la République.

    Marseille, le 6 Mars 2008





  • "L’AFFAIRE" NOTE2BE N’EST PAS FINIE
    Commentaire déposé le 10 mars 2008 par Marc

    Et maintenant, il y a un site du même genre qui note les médecins, note2bib.com. Je me demande jusqu’où ce besoin de tout évaluer va aller...




    • "L’AFFAIRE" NOTE2BE N’EST PAS FINIE
      Commentaire déposé le 12 mars 2008 par Jessie

      Sur le site de note2bib.com, je ne vois pas trop où on peut noter les médecins ... ??? Pas trés clair ce site.

      En attendant, en version plus claire, il y a celui-ci :

      http://www.demedica.com/

      (pas de réelles notes mais de petites "étoiles" de satisfaction)  ;)

      Maintenant certains pourront dire que cela leur permet de pouvoir, en toute connaissance de cause, choisir leur médecin (généraliste ou spécialiste). En tout cas, peut-être cela serait utile, pour choisir son chirurgien esthétique (vu le nombre d’arnaques dans cette profession). Mais la note soumet le doute ... et il n’y a , a- priori, pas de raison de douter d’un professionnel de la médecine.

      Demain on fait la même chose pour les garagistes ... ou son voisin (sos)




      • "L’AFFAIRE" NOTE2BE N’EST PAS FINIE
        Commentaire déposé le 12 mars 2008 par Marc

        Pour la notation des médecins sur note2bib, je crois que c’est censé commencer le 15 mars. Est ou était d’ailleurs, car avec la décision de justice concernant note2be, ça risque d’être compliqué...


        • "L’AFFAIRE" NOTE2BE N’EST PAS FINIE
          Commentaire déposé le 13 mars 2008 par Jessie

          Ah d’accord Bruno... En attendant, pour revenir à "Note2be", je n’ai pas pu résister à l’envie d’y faire un tour ... ;o) (forcement), et le plus drôle c’est que les notations sont plutôt justes. J’y ai retrouvé deux anciens professeurs de lycée (1 bon selon moi et l’autre assez mauvais), le premier avait de trés bonnes notes et le second trés mauvaises ... donc assez réaliste comme site somme toute ... (même si je suis contre le principe)

  • "L’AFFAIRE" NOTE2BE N’EST PAS FINIE
    Commentaire déposé le 13 mars 2008 par Jessie

    Aïe, Marc et pas Bruno ... :)







modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.



(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)



Qui êtes-vous ? (Optionnel)








flux rss  Flux rssInscription à la newsletter