Déjà amorcés la semaine dernière, le rattrapage des cours ainsi que la tenue des examens se poursuivent cette semaine à l’Université de Caen. Le passage en force de la direction de l’Université a été favorablement accueilli par de nombreux étudiants. Une majorité d’entre-eux a préféré de fait se consacrer, au moins pendant l’été, au sauvetage in extremis de son année plutôt qu’à la lutte contre la loi d’autonomie sur les universités et la masterisation de la formation des professeurs qui les mobilisent depuis plus de quatre mois.

Blocage encore voté mais toujours contourné
Lundi 25 mai, dans l’après-midi, la baisse de fréquentation des AG s’est confirmée. Elle rassemblait une écrasante majorité d’étudiants favorables au blocage soit quelques 800 personnes. Pas de souci pour voter le blocage, aucun problème de comptage. Mais que vaut une décision prise par une AG à ce point amaigrie ? Rappelons qu’au plus fort des oppositions entre étudiants bloqueurs et anti-bloqueurs, les AG dépassaient allégrement les 2000 participants, flirtant même avec les 3000.

La lutte continue mais mobilise moins
Hier mardi 26, les plus fervents opposants aux réformes du gouvernement ont naturellement répondu à l’appel des syndicats (le 4e appel unitaire et national depuis janvier). Parmi eux environ 200 étudiants et quelque 1300 salariés (à lire dans Ouest-France). Ils ont commencé par bloquer les principaux ronds-points d’accès à la ville entre 7 h et 9 h avant de se rendre au siège du Medef, en passant par le périphérique, en fin de matinée où ils ont été accueillis par les forces de l’ordre. Dans l’après-midi, enseignants et étudiants (là encore quelques 200 personnes) ont organisé plusieurs sittings dans le centre-ville.

La mobilisation faiblit indubitablement mais les foyers de résistance demeurent. Le mouvement étudiant est rattrapé par l’urgence des diplômes et une lassitude compréhensible des militants tant les retombées de 17 semaines de mouvement n’ont guère changer le cours des réformes orchestrées par le gouvernement.


► Lire l’article de J.B Chastand sur le site www.Lemonde.fr : Universités, après la mobilisation, le difficile bilan.




+++

Déjà amorcés la semaine dernière, le rattrapage des cours ainsi que la tenue des examens se poursuivent cette semaine à l’Université de Caen. Le passage en force de la direction de l’Université a été favorablement accueilli par de nombreux étudiants. Une majorité d’entre-eux a préféré de fait se consacrer, au moins pendant l’été, au sauvetage in extremis de son année plutôt qu’à la lutte contre la loi d’autonomie sur les universités et la masterisation de la formation des professeurs qui les mobilisent depuis plus de quatre mois.

Blocage encore voté mais toujours contourné
Lundi 25 mai, dans l’après-midi, la baisse de fréquentation des AG s’est confirmée. Elle rassemblait une écrasante majorité d’étudiants favorables au blocage soit quelques 800 personnes. Pas de souci pour voter le blocage, aucun problème de comptage. Mais que vaut une décision prise par une AG à ce point amaigrie ? Rappelons qu’au plus fort des oppositions entre étudiants bloqueurs et anti-bloqueurs, les AG dépassaient allégrement les 2000 participants, flirtant même avec les 3000.

La lutte continue mais mobilise moins
Hier mardi 26, les plus fervents opposants aux réformes du gouvernement ont naturellement répondu à l’appel des syndicats (le 4e appel unitaire et national depuis janvier). Parmi eux environ 200 étudiants et quelque 1300 salariés (à lire dans Ouest-France). Ils ont commencé par bloquer les principaux ronds-points d’accès à la ville entre 7 h et 9 h avant de se rendre au siège du Medef, en passant par le périphérique, en fin de matinée où ils ont été accueillis par les forces de l’ordre. Dans l’après-midi, enseignants et étudiants (là encore quelques 200 personnes) ont organisé plusieurs sittings dans le centre-ville.

La mobilisation faiblit indubitablement mais les foyers de résistance demeurent. Le mouvement étudiant est rattrapé par l’urgence des diplômes et une lassitude compréhensible des militants tant les retombées de 17 semaines de mouvement n’ont guère changer le cours des réformes orchestrées par le gouvernement.


► Lire l’article de J.B Chastand sur le site www.Lemonde.fr : Universités, après la mobilisation, le difficile bilan.



Réagir

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.



(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)



Qui êtes-vous ? (Optionnel)








le bouffon
flux rss  Flux rssInscription à la newsletter