Le 4 mars 2009, l’antenne caennaise de la Cimade invite la conteuse Gigi Bigot et l’accordéoniste Michelle Buirette à interpréter « Peau d’Âme » au théâtre de la Guérinière. Une pièce à une voix et dix doigts bourrée d’humanisme, un peu à l’image du combat de la Cimade auprès de tous les migrants depuis 70 ans.



La Cimade (comité intermouvements auprès des évacués) est bien connue de ceux qui militent auprès des sans-papiers. Les bénévoles et salariés de l’association tiennent des permanences au sein de leurs antennes régionales et proposent aux déplacés, migrants et réfugiés une aide sociale et juridique. Ils assurent également l’accompagnement des exilés dans les centres de rétention administrative (on compte plus de 30 C.R.A en France et dans les DOM-TOM) qui accueillent le chassé-croisé des étrangers en attente de régularisation ou d’expulsion.

Depuis plusieurs mois, une véritable bras de fer oppose l’association à l’Etat. Au cœur du différent : les appels d’offre concernant l’intervention de travailleurs sociaux dans les centres de rétention. Si la Cimade a bien informé le gouvernement de sa volonté de partager la tâche (proposant les services du Secours Catholique qui semblait d’accord dans un premier temps), l’Etat a répondu, en prenant pour première mesure, le découpage de l’Hexagone en huit régions avant de procéder à un appel d’offre pour chaque secteur. La Cimade dénonce un "émiettement" qui aboutit à la "mise en concurrence des associations et surtout à la réduction des droits" . De plus, ces appels d’offre comportent une clause que la Cimade rejette formellement : le silence absolu des travailleurs sociaux sur les conditions de rétention. Avec cette nouvelle contrainte, la Cimade ne peut plus jouer son rôle de veille sur le respect des droits des étrangers en rétention. C’est la Cimade en effet qui, bien avant les événements de juin 2008 qui ont vu la destruction par les flammes du CRA de Vincennes*, n’avait cessé d’interpeller les pouvoirs publics. Mises en garde qui ne furent certes pas suivie d’effets mais qui pouvaient arriver aux oreilles de celles et ceux qui veulent bien les entendre. Pour les militants caennais de la Cimade cette obligation au silence n’est rien moins qu’ « une atteinte à la liberté d’expression ».
Ce rapport de force entre militants pour le respect des droits des étrangers et ministère de l’immigration et de l’identité nationale n’est pas prêt de se désarmorcer d’autant qu’Eric Besson, nouveau locataire de la place Beauvau, annonce déjà la couleur. Sa circulaire sur la dénonciation des passeurs (genre « tu dénonces ton passeur, je te régularise et je t’apporte un soutien financier ») apparaît comme de la poudre aux yeux à France Terre d’Asile qui fustige « une proposition spectaculairement inefficace sur le fond ! » (cf. article Le Parisien).
Au vu de ce contexte, La Cimade est à mille lieux de poser les armes et son combat pour les droits de l’homme n’est pas prêt de s’achever. C’est d’ailleurs pour fêter le 70ième anniversaire de l’engagement de ses militants qu’Yvette Rousseau, Marie-Thérèse Chevallier et Antoine Beaujour, membres (très) actifs de la Cimade à Caen, organisent une soirée spectacle au théâtre de la Guérinière. Le 4 mars 2009, la conteuse Gigi Bigot et l’accordéoniste Michelle Buirette interpréteront Peau d’Ame (création 2003) . Angèle, l’héroïne de cette pièce, est l’une des 1000 femmes internées entre 1939 et 1944 sur décret de la Préfecture de Lozère dans le camp de Rieucros. Elle se raconte en musique à travers l’interprétation de Gigi Bigot bien connue pour ses contes inspirés d’histoires traditionnels et imprégnés du regard qu’elle porte sur notre époque. « Nous présentons cette pièce pour montrer comment l’actualité d’hier raisonne avec celle d’aujourd’hui » soulignent les militants de la Cimade.

* Le 22 juin 2008, suite à la mort d’un ressortissant tunisien de 41 ans, des migrants du CRA de Vincennes mettent le feu à leurs matelas provoquant l’incendie général des deux bâtiments du centre de rétention. L’affaire fera la Une des journaux.

INFOS PRATIQUES
Mercredi 4 mars 2009 à 20h30 à la MJC rue des Bouviers (en face Darty, rive droite). Accés par le Tram b (arrêt aviation) et par les bus 6 et 14.
Tarif normal : 15 euros
Tarif réduit (chômeurs, étudiants, enfants) : 5 euros
Réservations au 02 31 26 52 74 ou 06 68 07 99 69
Vente des billets à Artisans du Monde, au Citim et à la Fnac.




+++


Le 4 mars 2009, l’antenne caennaise de la Cimade invite la conteuse Gigi Bigot et l’accordéoniste Michelle Buirette à interpréter « Peau d’Âme » au théâtre de la Guérinière. Une pièce à une voix et dix doigts bourrée d’humanisme, un peu à l’image du combat de la Cimade auprès de tous les migrants depuis 70 ans.



La Cimade (comité intermouvements auprès des évacués) est bien connue de ceux qui militent auprès des sans-papiers. Les bénévoles et salariés de l’association tiennent des permanences au sein de leurs antennes régionales et proposent aux déplacés, migrants et réfugiés une aide sociale et juridique. Ils assurent également l’accompagnement des exilés dans les centres de rétention administrative (on compte plus de 30 C.R.A en France et dans les DOM-TOM) qui accueillent le chassé-croisé des étrangers en attente de régularisation ou d’expulsion.

Depuis plusieurs mois, une véritable bras de fer oppose l’association à l’Etat. Au cœur du différent : les appels d’offre concernant l’intervention de travailleurs sociaux dans les centres de rétention. Si la Cimade a bien informé le gouvernement de sa volonté de partager la tâche (proposant les services du Secours Catholique qui semblait d’accord dans un premier temps), l’Etat a répondu, en prenant pour première mesure, le découpage de l’Hexagone en huit régions avant de procéder à un appel d’offre pour chaque secteur. La Cimade dénonce un "émiettement" qui aboutit à la "mise en concurrence des associations et surtout à la réduction des droits" . De plus, ces appels d’offre comportent une clause que la Cimade rejette formellement : le silence absolu des travailleurs sociaux sur les conditions de rétention. Avec cette nouvelle contrainte, la Cimade ne peut plus jouer son rôle de veille sur le respect des droits des étrangers en rétention. C’est la Cimade en effet qui, bien avant les événements de juin 2008 qui ont vu la destruction par les flammes du CRA de Vincennes*, n’avait cessé d’interpeller les pouvoirs publics. Mises en garde qui ne furent certes pas suivie d’effets mais qui pouvaient arriver aux oreilles de celles et ceux qui veulent bien les entendre. Pour les militants caennais de la Cimade cette obligation au silence n’est rien moins qu’ « une atteinte à la liberté d’expression ».
Ce rapport de force entre militants pour le respect des droits des étrangers et ministère de l’immigration et de l’identité nationale n’est pas prêt de se désarmorcer d’autant qu’Eric Besson, nouveau locataire de la place Beauvau, annonce déjà la couleur. Sa circulaire sur la dénonciation des passeurs (genre « tu dénonces ton passeur, je te régularise et je t’apporte un soutien financier ») apparaît comme de la poudre aux yeux à France Terre d’Asile qui fustige « une proposition spectaculairement inefficace sur le fond ! » (cf. article Le Parisien).
Au vu de ce contexte, La Cimade est à mille lieux de poser les armes et son combat pour les droits de l’homme n’est pas prêt de s’achever. C’est d’ailleurs pour fêter le 70ième anniversaire de l’engagement de ses militants qu’Yvette Rousseau, Marie-Thérèse Chevallier et Antoine Beaujour, membres (très) actifs de la Cimade à Caen, organisent une soirée spectacle au théâtre de la Guérinière. Le 4 mars 2009, la conteuse Gigi Bigot et l’accordéoniste Michelle Buirette interpréteront Peau d’Ame (création 2003) . Angèle, l’héroïne de cette pièce, est l’une des 1000 femmes internées entre 1939 et 1944 sur décret de la Préfecture de Lozère dans le camp de Rieucros. Elle se raconte en musique à travers l’interprétation de Gigi Bigot bien connue pour ses contes inspirés d’histoires traditionnels et imprégnés du regard qu’elle porte sur notre époque. « Nous présentons cette pièce pour montrer comment l’actualité d’hier raisonne avec celle d’aujourd’hui » soulignent les militants de la Cimade.

* Le 22 juin 2008, suite à la mort d’un ressortissant tunisien de 41 ans, des migrants du CRA de Vincennes mettent le feu à leurs matelas provoquant l’incendie général des deux bâtiments du centre de rétention. L’affaire fera la Une des journaux.

INFOS PRATIQUES
Mercredi 4 mars 2009 à 20h30 à la MJC rue des Bouviers (en face Darty, rive droite). Accés par le Tram b (arrêt aviation) et par les bus 6 et 14.
Tarif normal : 15 euros
Tarif réduit (chômeurs, étudiants, enfants) : 5 euros
Réservations au 02 31 26 52 74 ou 06 68 07 99 69
Vente des billets à Artisans du Monde, au Citim et à la Fnac.



Réagir





modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.



(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)



Qui êtes-vous ? (Optionnel)








le bouffon
flux rss  Flux rssInscription à la newsletter